A la découverte de la côte Caraïbe de la Colombie

Portrait d'Arnaud Havard
La galerie d’Alexis #19 : Quito et Ipiales en un weekend
28 août 2016
Montagnes Colorées Perou
Cusco, la Vallée Sacrée des Incas et le Machu Picchu
1 octobre 2016

Deux semaines sur la côté Caribéenne

Nous avions envie de soleil, de cocotiers et de mer turquoise, nous avons été servis sur la côté Caribéenne colombienne. Les ordinateurs ont laissé place aux masques et tubas pendant deux semaines merveilleuses. On reprend la plume et les photos et on vous raconte tout !

Retrouvez toutes les bonnes adresses et informations utiles sur notre carte interactive à la fin de cet article ou dans la catégorie destinations.

Week-end à Medellín pour la fête des fleurs

- 6 au 87 août 2016 -
Ce week-end nous sommes à Medellín et ça tombe à merveille, car en ce moment c’est la fête des fleurs. C’est une fête très importante pour les Colombiens, des dizaines d’évènements sont organisés dans toute la ville. Nous en choisissons trois pour notre week-end.
Samedi, nous nous rendons a un défilé de vieilles voitures sur l’avenida Guayabal. Musiques, costumes, danses, les Colombiens adorent faire la fête et au-delà du défilé de voitures en lui même, l’ambiance est géniale. On passe l’après-midi avec les Colombiens à manger des glaces et à prendre des photos. On se rend ensuite au Jardin botanique où une exposition est organisée à l’occasion du festival. Je ne sais toujours pas si Alexis voulait s’y rendre pour l’exposition ou pour les dizaines de Pokemons qui s’y trouvent ! Alexis a téléchargé Pokemon Go depuis quelques jours et est rapidement devenu accro. Au jardin botanique des dizaines de colombiens, chacun vêtu avec une touche fleurie que ça soit le chemisier, le pantalon ou le foulard viennent déguster quelques bières accompagnées d’empenadas. Tout le monde se fait la causette et les petites mamies s’enfilent des pintes de bière en papotant, l’ambiance est vraiment chouette.

Le lendemain, nous assistons au célèbre défilé de "los Silleteros". On se pointe à 14 heures comme des fleurs, sans s’être imaginé que des milliers de Colombiens sont venus assister au défilé. Certains ont des billets pour des estrades, les autres ont apporté un petit tabouret sur lequel ils se hissent pour apercevoir le défilé. On compte déjà 4 ou 5 rangées de personnes devant nous, impossible de voir quoique ce soir. On finira par se trouver une petite place à l’ombre, et c’est un détail non négligeable vu la chaleur, au point d’arrivée du défilé. Pendant deux heures on admire les silleteros, qui signifie "porteurs de fleurs", qui défilent au rythme de la salsa. Les silleteros sont les paysans de la région, ils portent sur leurs dos des constructions en bois décorées de toutes sortes de fleurs. Certaines des structures florales pèsent jusqu’à 60 kilos, les porteurs ont besoin du soutien de toute la foule pour parvenir au bout du défilé. Entre chaque groupe de Silleteros des groupes de danseurs et d’acrobates viennent agrémenter la fête.

Isla Mucura, un petit paradis

- 9 au 12 août 2016 -
Des copains voyageurs nous ont conseillé d'aller passer quelques jours à Isla Mucura, il a suffi de quelques photos pour nous convaincre. On prend un bus de nuit de Medellín à Tolu (Compagnie Brasilia 104 000 pesos pp) et on enchaîne le lendemain matin à 8 h 30 avec un petit bateau pour Mucura. On achète des masques et tubas avant d'embarquer sur le bateau qui nous emmène en 1 h 30 sur ce petit bout de paradis (35 000 pesos pp). 5 ou 6 bateaux partent au même moment, tous bondés de colombiens qui vont passer la journée sur l'île. A A l'arrivée un habitant vient nous proposer un hébergement. Ici rien n'est sur Booking ou Tripadvisor, c'est uniquement du bouche-à-oreille. On arrive chez Wilbert où la meilleure paillote, presque les pieds dans l'eau, est disponible (cf photo ci-dessous). On négocie le prix à 60 000 pesos la nuit, nous sommes ravis.

Le confort est sommaire, surtout les sanitaires et la paillote n'a pas de porte, pas très pratique pour les affaires précieuses, mais le cadre fait vite oublié ces petits désagréments. Au programme des trois prochains jours : baignade, snorkelling, lecture, cocotier et poisson grillé !

Un week-end à Carthagène

- 13 - 14 août 2016 -
Après cette étape plage, nous prenons la direction de Carthagène. Il fait très chaud, on décide de partir tôt visiter le centre historique. Au bout d'une heure de balade, Bénédicte se sent vraiment mal et rentre à l'appartement. Alexis passe la journée à visiter Carthagène tout en jouant à Pokemon Go, finalement pas si mécontent d'être tout seul ! En attendant l'apparition de Pokémons rares sur un banc des nombreuses petites places de la ville, il se fait des copains joueurs eux aussi : deux colombiens et un américain. Ils finiront par passer la soirée ensemble autour de quelques bières fraîches. Pendant ce temps, Bénédicte tente de se remettre de sa déshydratation / turista dans une chambre non climatisée ou la température doit approcher les 35°C ! Carthagène est une très jolie ville, Alexis a adoré. On vous conseille de réserver un hôtel dans le centre historique. C'est vraiment l'endroit ou faire un petit extra de budget hébergement, il y a des dizaines d'hôtels magnifiques avec des petites cours intérieures, des fontaines et des piscines. Nous n'avons qu'une photo de Carthagène, car Alexis n'avait pas chargé ses batteries d'appareil photo...

A la découverte du Parc Tayrona

- 15 au 18 août 2016 -
De Carthagène nous prenons un bus pour Santa Marta puis on prolonge avec un taxi jusqu’à Taganga, un petit village situé à 15 minutes de Santa Marta. Taganga n’a pas une très bonne réputation, mais c’est un super spot pour faire de la plongée sous-marine à petit budget alors on y va tout de même. On retrouve Philippe et Mathilde, rencontrés à Tatacoa, à l’hôtel avant de dîner dans un superbe restaurant français, que l’on vous recommande vivement : A Deriva. Au menu pour Alexis : une camenbiflette autrement dit une tartiflette au camembert, il en parle encore.
Le lendemain, on laisse les gros sacs à dos à l’auberge et on part avec le nécessaire pour trois jours, découvrir le parc national de Tayrona. Après une heure de bus, nous arrivons à l’entrée du parc, qui est bondée de touristes colombiens et étrangers. On réalise que c’est lundi 15 août et que c’est un jour férié. Tant pis on ne va pas faire demi-tour, on regarde la vidéo obligatoire, on achète les tickets et c’est parti pour une heure de marche pour rejoindre notre camping. Il fait très très chaud et très humide. Un conseil : emporter beaucoup d’eau avec vous, car sur place elle est vendue très cher. La meilleure option est d’emmener des bidons de 5L. En chemin nous croisons par hasard des amis de Mathilde et Philippe qui sont en vacances en Colombie.
Nous arrivons à notre premier camping, le San Pedro. C’est sommaire, mais il n’y a pas trop de monde. Ce soir on dort en hamac pour la première fois du voyage. Nous passons la journée sur la plage et finalement, nous ne sommes pas gênés par les voisins. On passe l’après-midi à raconter aux amis de Mathilde toutes les astuces des voyageurs aux longs courts ! Les paysages sont magnifiques.
Le lendemain, nous partons aux aurores à la plage de Cabo San Juan, la plus réputée du parc. On veut s’assurer d’avoir un hamac et on veut surtout marcher avant que le soleil ne tape trop. Nous y arrivons à 9 heures, mais on nous informe que les hamacs ne seront attribués qu’à partir de 13 h 30. On s’installe donc sur la plage pour une journée farniente dans un décor de rêve. À 13 heures, il y a déjà une queue de 80 personnes qui attendent devant l’accueil du camping. Après avoir élaboré une stratégie pendant 10 minutes et avoir négocié avec des Françaises, on finit par amadouer le monsieur de la réception et on passe devant tout le monde. On n’a pas trop de scrupules vu que nous sommes arrivés à 9 heures ce matin. Ce sera le même bazar pour les douches et le dîner, il faut être aux aguets pour ne pas atterrir dans des queues interminables. Après une seconde nuit en hamac, on se réinstalle sur la plage pour une dernière journée bronzette et snorkelling avant de revenir vers Santa Marta.

Finalement, nous ne ferons pas de plongée à Taganga mais nous profiterons une deuxième fois d'un bon dîner français à l'occasion de l'anniversaire de Philippe. Le lendemain, nos chemins se séparent avec Philippe et Mathilde, nous partons vers le désert de la Guajira et eux vers Isla Mucura mais nous nous retrouverons à Bogota dans une semaine.

Découvert du désert de la Guajira

- 19 au 22 août 2016 -
De Santa Marta, nous prenons un bus pour Rioachacha, ville de départ pour se rendre au désert de la Guajira. On y passe une nuit, le temps de faire quelques provisions de nourriture et d'eau et de laisser nos gros sacs. Le lendemain, nous prenons une première voiture pour aller à Uribia puis un 4x4 pour arriver à Cabo de La Veila. C'est ici que nous passerons notre première nuit dans le désert. C'est un endroit très apprécié des Kitesurfers, on loue une petite hutte avec deux hamacs juste au niveau du club de kitesurf. On en prend plein la vue toute la journée.

Le matin, nous nous baladons par nous même dans le désert, sous un soleil de plomb. Et au milieu de rien, on découvre un petit bâtiment flambant neuf avec un petit écriteau "Témoins de Jéhovah ", incroyable! Les adeptes viennent de terminer une réunion et le responsable vient nous saluer. Il nous raconte qu'il habitait dans le centre de la Colombie et qu'il est venu s'installer ici il y a six ans avec sa femme pour diffuser le message des témoins de Jehovah. Il a appris le dialecte local et il apprend aux fidèles à lire pour pouvoir lire leur bible. Une rencontre surréaliste au milieu du désert !
Après le déjeuner, nous embarquons à l’arrière d’unun camion à bétail pour aller voir les spots les plus beaux du désert et notamment aller à Punta Gallinas, le point le plus au nord de l'Amérique du Sud.

Nous passons l'après-midi à acheter des cadeaux, mais on ne vous en dit pas plus et surtout à négocier le prix du 4x4 qui nous emmènera à Pinta Gallinas le lendemain. Le prix de base est de 150 000 pesos pp mais on veut le faire descendre à 120 voir 110 000 pesos. Après plusieurs stratagèmes de négociations, on se retrouve finalement à 20 h 30 sans voiture, tous les 4x4 sont pleins. Heureusement le chauffeur de deux Français rencontrés le soir même nous trouve deux places dans des voitures différentes à 120 000 pesos. Finalement on ne s’en sort pas trop mal. D'ailleurs si vous vous rendez à La Guajira on vous conseille de prendre Rapha en chauffeur, voiture et conduite au top. Bénédicte était avec Patcho, c'était une autre histoire...
Le deal est conclu, on va se coucher tôt, le départ est prévu à 5 heures du matin, mais une petite fête s’est organisée au club de kite, la porte juste à côté de notre cahute... Après une courte nuit, nous voilà à bord de nos bolides en direction de Punta Gallinas. En chemin, les enfants tendent des fils au milieu de la route pour arrêter les voitures et demander de la nourriture ou de l'eau. Le conducteur de Bénédicte donne des gâteaux à chaque barrage tandis que le chauffeur d'Alexis fonce sur les cordes. Les gens sont pauvres et ne vivent de pas grand-chose dans le désert. Ça crève le coeur de voir tous ces petits bouts de choux qui ont à peine 6-7 ans, passer la journée à espérer récupérer quelque chose des voitures qui passent.
Les paysages sont magnifiques, mais les plastiques en tous genres sont incrustés dans le décor . Ici les gens jettent tout dans la nature, sans se rendre compte une seconde qu'ils sont en train de détruire leur environnement et que le plastique ne va pas disparaître en quelques jours...
Après 4 heures de 4x4 et 30 minutes de bateau, nous arrivons à notre auberge ou nous dormirons une fois de plus en hamac. Les paysages sont époustouflants.

Après une baignade au pied des dunes et un coucher de soleil sur la mer nous sommes de retour à l'auberge où les étoiles illuminent le ciel c'est magique.

Le lendemain, départ à 8 heures pour le trajet retour vers Uribia et Riohacha. C'était notre dernière journée sur la côté, nous prenons le soir même un bus de nuit pour San Gil.

Pause sensations à San Gil

- 23 au 25 août 2016 -
San Gil est la ville des sports extrêmes, à petit budget, de la Colombie. Alexis choisit de faire du parapente. Bénédicte fera la photographe. Après une heure trente de route, nous arrivons au sommet du canyon de Chicamocha qu'Alexis va survoler pendant une bonne demi-heure. La vue est superbe. Le décollage et l'atterrissage se font au même endroit, les pilotes utilisent les courants ascendants pour monter bien plus haut que le point de décollage. Alexis appréhende un peu, mais il est le deuxième à décoller, il n'a pas trop le temps de cogiter qu'il est déjà dans les airs.

C'est un peu sonné par les acrobaties, mais surtout ravi qu'Alexis revient de son vol. La photo ci-dessous parle d'elle même !

On consacre le reste de la journée au blog, nous avons pris pas mal de retard et il est temps de vous donner quelques nouvelles !

Villa de Leyva

- 25 - 26 août 2016 -
Le lendemain nous prenons la direction de Villa de Leyva, notre dernière étape avant Bogota. Le trajet était censé durer 3 h 30, nous mettrons finalement 7 heures, sans raison évidente. Nous passons une soirée et une matinée à nous balader dans cette petite ville reconnue pour son architecture coloniale. La plaza mayor est particulièrement impressionnante.

Bogota

- 26 au 29 août 2016 -
Nous retrouvons Mathilde et Philippe à l'hôtel à Bogota. On passe le week-end à découvrir la ville, ses nombreuses oeuvres de street-art, le musée de l'or ou encore le musée Botero. On passe aussi un bon moment à acheter des cadeaux dans un petit marché où les locaux viennent faire leur shopping, mais on ne vous en dit pas plus. C'est la dernière soirée de tour du monde Mathilde et Philippe, pour fêter ça on va manger dans un super restaurant italien ou nous mangerons sans aucun doute la meilleur pizza de notre voyage : le restaurant Madre La journée de dimanche est particulière : Mathilde et Philippe s'en vont tristounets vers l'aéroport pour prendre leur vol pour Paris et de notre côté on se prépare à prendre deux avions différents le lendemain.

Nos prochaines destinations : Paris & Cusco

Après avoir passé 46 semaines ensembles, 24h/24 et 7j/7, aujourd'hui nous prenons des avions pour des destinations différentes. Alexis est, au moment ou j'écris, à Paris ! Il va y passer 10 jours le temps d'un shooting photo puis il me rejoindra au Pérou à Cusco, là où je viens de m'installer.

À bientôt pour la suite des aventures.
Bénédicte & Alexis

3 Comments

  1. Mathilde dit :

    Je veux y retourner … profitez du temps qu’il reste c’est nul de rentrer 🙁

  2. Gainny dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre site qui est plein d’information. Ns avons fait également un tour du monde en 2012 sans faire la colombie. Maintenant, c’est décidé ns partons à la fin de l’année.

    Pouvez vous me préciser, si vs êtes passés par un tour pour le desert de la guarija? sinon pouvez vous ns donner vos bons plans avec plus de détails svp.

    Merci d’avance bonne soirée

    • Bénédicte dit :

      Bonjour ! Merci pour le compliment 🙂
      Pour la Guajira nous ne sommes pas passés par un tour et on ne regrette pas, le prix est le double et ça se fait très bien tout seul.
      J1 : Dormir à Rioacha, faire quelques courses, notamment des bidons d’eau car après elle est vendue en petit sachet et très chère. Vous pouvez en acheter pour donner aux enfants dans les villages.
      J2 :
      – Prendre un colectivo de Riohacha à Uribia. Compte 1 heure de transport et 15000 pesos pp.
      – D’Uribia des jeeps partagées partent en direction de Cabo de la Vela. Il vaut mieux arriver dans la matinée à Uribia pour être sur de ne pas attendre trop longtemps, les jeeps ne partent que lorsqu’elles sont pleines (sauf si tu payes évidemment!), ça met environ 1 heure et ça coute 15 000 pesos pp.
      – Tu passes une après-midi et une nuit à Cabo de la Vela (ou plus). Nous on a choisi l’option hamacs dans une petite cabane qui fermait à clé, juste à côté du club de kitesurf (8000 pesos par hamac). C’était pas la meilleure idée du monde car il y a souvent des soirées au club le soir. De là, tu trouves un chauffeur (enfin ils viennent à toi) pour faire le tour 2 jours/une nuit à Punta Gallinas. Le tarif annoncé est de 150.000 pesos pp, nous on a réussi à le descendre à 120 000 pesos par personne mais en bataillant sévère ! On te conseille de partir avec le chauffeur Rapha, super conducteur et super véhicule. Il suffit de le demander dans le village une fois que vous avez choisi un hébergement et il passera vous voir. Cabo de la Vela est un super spot de Kitesurf et il y a trois quatre points de vues / plages à aller voir. Vous pouvez y aller avec une mototaxi pour pas grand chose.
      J3 : A 5h du matin la jeep passe vous récupérer là où vous dormez et c’est parti pour Punta Gallinas. Matinée dans la jeep puis balade organisée pour découvrir Punta Gallinas. Assurez vous bien quand vous choisissez votre chauffeur qu’il vous ramènera à Uribia le lendemain. Diner et nuit à Punta Gallinas. Comptez 15000 pesos pour un hamac et pareil pour un plat !
      J4 : Départ vers 7-8h en direction d’Uribia. De là vous repartez vers Riohacha pour récupérer un bus vers votre prochaine destination !
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *