Fidji épisode 1 : de Nadi à Savusavu, le paradis caché

Mud Pools de Waiotapu
La galerie d’Alexis #11 : Rotorua, Taupo & Tongariro Alpine Crossing
20 mai 2016
La galerie d’Alexis #12 : La côte ouest de la Nouvelle Zélande avec Abel Tasman, Pancakes Rocks, Arthur’s Pass, Hokitika et Franz Joseph
6 juin 2016

Fidji, épisode 1 : de Nadi à Savusavu, le paradis caché

- Du 21 mai au 5 juin 2016 -
Quand on vous dit que nous sommes aux îles Fidji, vous nous imaginez déjà sous les cocotiers, sur des plages de sable blanc au bord d’une mer à l’eau cristalline ? En réalité, nous aussi on imaginait ça avant d’y arriver. Mais c'est un tout autre pays que nous avons découvert, avec ses habitants, dans des petits villages, à travers des trajets en stop, des baignades avec les enfants dans les rivières, des repas traditionnels, des messes en Fidjien et des cérémonies de kava... À travers quatres articles, on vous faire vivre nos deux semaines aux Fidji et on vous donne toutes les informations pratiques pour voyager aux Fidji à petit budget.

De la Nouvelle-Zélande aux îles Fidji

- Samedi 21 mai 2016 - J1 -
Bula,
Aujourd’hui, nous nous envolons vers les îles Fidji. Départ à 14h40, de Christchurch, pour une arrivée prévue à 18h30 à Nadi. Pour commencer, nous avons réservé deux nuits dans une auberge de jeunesse à Nadi, le Bambou Backpackers.
Comme à chaque arrivée dans un nouveau pays, on commence par tirer de l’argent et se procurer des cartes SIM chez Vodafone. Puis direction l’auberge grâce à la navette gratuite. Nous arrivons de nuit au Bambou Backpackers, situé au bord de la mer, tout près de le l'aéroport. Il fait 30°C, des bougies éclairent les tables sur la plage, un Fidjien reprend des tubes des Beatles à la guitare et des jeunes Allemandes chantonnent en buvant du Kava avec eux. Autant vous dire que c’est un GRAND changement d’ambiance après la Nouvelle-Zélande. On nous invite à rejoindre la « cérémonie du kava », qui se tient chaque soir. Le Kava est une boisson traditionnelle aux Fidji, elle est obtenue à partir de racines d'arbustes réduites en poudre puis trempées puis pressées avec de l'eau. Chacun boit, l'un après l'autre, la mixture dans un petit bol fait en coco. Il y a tout un rituel à respecter : il faut taper dans ses mains une fois, avant de prendre le bol, en disant « Bula » qui veut dire bonjour en fidjien puis boire d’une traite le bol et taper ensuite deux ou trois fois dans ses mains en disant « Vinaka » qui veut dire merci en fidjien. Le Kava a un goût terreux, mais c'est dilué dans beaucoup d’eau, du coup je n’irai pas jusqu’à dire que c’est bon, mais ce n’est pas si mauvais qu’on l'avait lu. On s’éclipse rapidement de cette cérémonie quelque peu artificielle !

Un dimanche à Nadi

- Dimanche 22 mai 2016 - J2 -
La plage de sable noir se prête plus à la pêche qu’à la baignade. Dans le quartier des auberges, les constructions sont littéralement posées les unes à côté des autres. Entre, les espaces ne sont ni aménagés ni entretenus. C’est une peu le bazar et pour le moment, nous sommes loin des images de cartes postales. Nous sommes un peu perdus, c’est un gros changement d’environnement et nous n’avons rien organisé.
Heureusement, en début d’après-midi nous retrouvons par hasard devant notre auberge, Alex et MJ, un couple de Canadiens rencontrés la veille à l’aéroport. Ils voyagent depuis 4 mois en Nouvelle-Zélande et leur truc c’est la Vidéo. Ils travaillaient tous les deux pour la télévision canadienne, ont quitté leurs jobs et ont décidé de monter leur chaîne YouTube. On passe l’après-midi ensemble à parler voyage, découvertes et projets. Leur hôte airBnB leur a laissé sa voiture, on en profite pour aller découvrir Nadi et ses environs, mais c’est dimanche, la ville est déserte et tous les commerces sont fermés.
On passe la fin de journée à établir un programme pour nos deux prochaines semaines sur les îles, tout en profitant du coucher de soleil sur la mer avec une bonne bière fraîche fidjienne !

Programme, hors des circuits touristiques, pour deux semaines aux Fidji

L’archipel des Fidji se compose de 333 îles, certaines aux eaux bleues turquoises et aux plages de sable blanc, investies par des hôtels luxueux ou des auberges de jeunesse. D’autres, beaucoup plus « nature », là où vivent les Fidjiens. Vous l’aurez vite compris, nous n’avons pas le budget pour la première option et on préfère découvrir les Fidji des locaux plutôt que de se retrouver dans des auberges envahies d’Australiens, Américains et Européens de 20 ans en vacances.
Après quelques recherches sur des blogs de voyage, nous décidons de découvrir deux îles : Vanua Levu, qui est la deuxième plus grande île des Fidji et Taveuni. Ce n’est pas facile, de trouver des informations précises sur les horaires des bateaux, les prix des homestay, etc. On se tourne vers le comptoir d’information voyageurs de l’auberge, mais il est là uniquement pour vendre son tour vers les îles Yasaman à 700$ les quatre jours ! On réussit seulement à apprendre qu’il y a deux bateaux par semaine pour rejoindre Savusavu sur l'île de Vanua Levu depuis Suva. Parfait, nous prendrons le ferry du lendemain. Vu le peu d’informations qu’on trouve, on achète une version numérique du petit futé 2016 histoire d’en apprendre une peu plus sur la culture et les coutumes et d’avoir quelques adresses de replis !

Nadi - Suva - Savusavu

- Lundi 23 mai 2016 - J3 -
À 9h30, nous prenons le bus devant l’hôtel pour rejoindre la gare routière située dans le centre de Nadi. Le bus n’a pas de vitres, seulement des bâches qui peuvent être déroulées lorsqu’il pleut. On découvre la carrure des Fidjiens, qui est plutôt impressionnante !
De la gare routière, nous prenons un bus pour Suva (15 F$ / pers), la plus grande ville des Fidji, qui se situe au Sud de Viti Levu. Le trajet dure un peu moins de 4 heures, le long de la Coral Cost. Sur le trajet je me rends compte de la pauvreté qui touche les Fidjiens, les maisons sont très sommaires, un assemblage de parpaings et de quelques taules. Les maisons ont été fortement détruites par l’ouragan de février dernier, le plus fort quel le pays n’ai jamais connu. Les paysages sont eux aussi marqués par cette catastrophe naturelle, les palmiers sont déplumés, et beaucoup d'arbres sont à terre. Arrivés à Suva, on se rend à l’agence de ferry pour acheter nos tickets.

INFO TRANSPORT - Suva - Savusavu
Deux départs par semaine en ferry de nuit pour se rendre de Suva à Savusavu : le lundi et le vendredi. Le bateau part à 18h, mais l’embarquement des passagers se fait à 16 heures. Le ticket coûte 49F$ par personne, en classe économique (fauteuil) et en théorie nous arriverons à 6 heures du matin à Savusavu. Les retours se font quant à eux le mardi et le dimanche depuis Savusavu.

Sur l’embarcadère, on rencontre Morgane, la seule autre touriste du ferry, une Française qui se rend aussi à Savusavu. On s’installe ensemble,on partage nos expériences de voyages et anecdotes. Au bout de 3 heures, on se rend compte qu'on est toujours à quai ! Le bateau partira finalement à 20h, nous aurons donc passé 4 heures dans le bateau au port, à quai.
Les Fidjiens sont organisés, ils ont apporté des nattes tressées pour poser sur le sol, des couvertures et des oreillers et tout le monde a choisi stratégiquement son spot pour passer la nuit dès son arrivée sur le bateau. Nous sommes en classe économique, nous n’avons donc pas de couchette, mais un simple fauteuil. Le bateau part, les lumières s’éteignent et tout le monde s’installe par terre pour dormir. On fait comme les locaux ! La mer est calme le trajet se passe bien.

Arrivée à Savusavu

- Mardi 24 mai 2016 - J4 -
Nous débarquons à Savusavu vers 6 h 30 du matin. Morgane a déniché une adresse de homestay, le : Olivia’s homestay à Nagigi Village. Pas de numéro de téléphone ni de mail, il faut aller au marché pour trouver Olivia. En effet, c’est là bas qu'on la rencontre.

On patiente 30 minutes et nous voilà partis tous ensemble, en bus, dans son village. Olivia est très sympathique, mais ne veut pas parler de prix ici, elle veut attendre qu’on soit chez elle. C'est un peu agaçant, mais on suit quand même.
En chemin, on constate de nouveau les dégâts de l’ouragan du mois de février dernier. La végétation est très abîmée, les ponts en reconstruction, des hôtels fermés en cours de rénovation. De nombreux Fidjiens vivent encore dans les tentes bleues prêtées par la Chine comme abris d’urgence après l’ouragan. L’état est entrain de dédommager petit à petit les sinistrés, mais le processus est long, les reconstructions vont prendre du temps. La maison d’Olivia n’a pas été touchée. Sa maison est toute simple et au confort sommaire, mais ça fera l’affaire. Olivia nous annonce enfin le prix : 70f$ par jour et par personne pour la nuit et les trois repas, ce n’est pas du tout ce que nous avions prévu. Les réflexes d’Asie reviennent, on négocie pour le moment à 50f$ par jour par personne.
Amélia, la voisine, nous emmène découvrir les environs, la plage, l’école et le village. On sympathise avec elle et elle nous propose rapidement de venir passer le week-end dans le village de sa famille plus au Nord sur la route de Nabouwali. Nous sommes ravis, on partira avec elle vendredi.
On passe notre première journée à s’adapter, Morgane et Alexis tentent une virée snorkelling, mais à marée basse ce n’est pas très pratique. Pendant ce temps, Bénédicte papote sur la plage avec Méré une fidjienne de 24 ans. C’est rare que les jeunes viennent discuter avec nous, Méré travaille pour le gouvernement. Elle reste assez flou sur son travail et ne seras d’ailleurs pas allée travailler une seule fois durant tout notre séjour à Nagigi. Elle me pose plein de questions et écoute les réponses avec un air émerveillé. Elle vit avec ses parents, sa grande soeur et ses 5 neveux dans une toute petite cahutte en taule. Leur maison c’est faite soufflée par l’ouragan. Je réalise de plus en plus à quel point la vie est dure pour eux en ce moment. Nous sommes bien loin des resorts et des plages paradisiaques…

Wananavu, partenariat photos et vidéo

- Mercredi 25 mai 2016 - J4 -
Ce matin nous nous réveillons au milieu de ce petit paradis de nature, il fait un temps magnifique. Au petit déjeuner, on lit la réponse d’une agence de tourisme qui a accepté notre partenariat « des photos et des vidéos contre une activité ou un logement ». Ils nous proposent une excursion d’une journée, la semaine prochaine, depuis Nadi contre quelques photos, une vidéo et un article. On ne vous en dit pas plus pour le moment, mais nous sommes ravis. Sur deux mails envoyés, nous avons eu une réponse positive.

Passer son Advanced Open Water de plongée aux Fidji

Programme de la matinée : faire le tour des clubs de plongée du coin. Nous avons passé notre niveau Open Water de plongée à Koh Tao en décembre dernier, et nous aimerions passer le niveau suivant, l’Advanced Open Water qui nous permettra de plonger à 30 mètres de profondeur. Comme nous n’avons pas de moyen de transport et que les horaires de bus sont aléatoires et d’ailleurs indiqués nul part, on décide de faire du Stop. Ça marche très bien et c’est une bonne manière de sympathiser avec des Fidjiens, qui sont très contents de nous rendre service. Les resorts sont toujours en cours de reconstruction. Tous les espaces verts ont été détruits, les ponts emportés et les huttes flottantes soufflées sur la terre. Les Resorts sont en manque de touristes et font des offres promotionnelles sur les chambres et la plongée pour attirer les clients. On se renseigne dans 2 clubs : le Namena Diver situé au Koro Sun Resort et le Koro Sun Dive. On tente de négocier un peu plus les prix, mais au premier abord ça ne marche pas. On se rend ensuite à Savusavu, dans un troisième club qui s’avère être le même que le premier, mais ça, nous ne le savions pas. On nous passe un téléphone, la personne que nous avons rencontrée ce matin est revenue sur sa décision et baisse le prix de l’Advanced Open Water de 100 F$ pour chacun d’entre nous, ce qui fait 600 F$ par personne soit 260 € pour passer l’Adanced Open Water, une affaire ! C’est notre jour de chance, on accepte. On commence le lendemain.
En passant devant la Marina de Savusavu, on décide de déposer une petite annonce pour rechercher un bateau qui pourrait nous ramener vers Suva la semaine suivante, on ne sait jamais…

On retrouve ensuite Olivia au marché, derrière son petit stand de souvenir et de nourriture. On passe quelques heures à flâner, à discuter avec les gens et Alexis commence sa série de portraits fidjiens.

Pour rentrer à Nagigi Village le stop à du mal à marcher, on arrête un bus. L’ambiance est géniale, musique des îles à fond. Le bus fera un détour pour nous déposer dans le village, tout le bus a rigolé quand le véhicule s’est engouffré dans le petit chemin de Nagigi Village. Ma voisine m’a glissé que ça faisait très très longtemps que le bus n’avait pas emprunté ce chemin !
Ce soir et comme tous les soirs chez Olivia, on mange du thon cuit avec du lait de coco et des légumes d’ici, des sortes de racines. Ce n’est pas exceptionnel, mais ça fait le job. Après le dîner, Olivia a organisé une cérémonie du Kava. On installe une grande bâche devant la maison, Amélia prépare la mixture et on commence à boire. Au fur et à mesure, quelques personnes de la famille nous rejoignent. Ils sont assez timides et nous ne sommes pas très à l’aise au départ, mais nous passons finalement une bonne soirée.

Première plongée aux Fidji

- Jeudi 26 mai 2016 - J4 -
Ce matin, on commence notre Advanced Open Water de plongée, nous avons hâte de découvrir les fonds marins, qui font partie des plus beaux du monde. À peine arrivés, on enfile les combinaisons et on se retrouve sur le bateau. Daniel, notre instructeur est sympa, mais ne nous donne pas beaucoup d’explications. C'est parti pour notre première plongée à Purple Garden. Les fonds sont beaux, il y a des centaines de poissons aux couleurs magnifiques, mais nous sommes loin des images que nous avons pu voir sur les sites des clubs. L'ouragan a dévasté la terre, mais a également beaucoup abîmé les fonds marins. Nous repartons avec le livre de théorie à lire avant nos prochaines plongées. On rejoint Olivia au marché pour le déjeuner puis on file bouquiner sur la plage où les enfants du village viennent nous retrouver rapidement. Ils ne parlent pas anglais, ce sont les petits qui ne vont pas encore à l’école, mais se prennent rapidement au jeu des photos !

Demain, nous partons avec Amélia, la voisine d’Olivia, passer le week-end dans son village.
La suite au prochain épisode !

Moce
Alexis & Bénédicte

2 Comments

  1. elyblog22 dit :

    Magnifiques photos ! Cela donne le sourire, bonne continuation ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *