Vietnam épisode 2 : Immersion vietnamienne

Marché flottant de Can Tho
Vietnam épisode 1 : Le delta du Mékong – Dalat et Saigon
26 mars 2016
Alexis au Vietnam
Vietnam épisode 3 : à la rencontre des ethnies du Nord
4 avril 2016
Tout voir
thé vietnam

Bonjour à tous, voici l'épisode 2 de notre périple au Vietnam : Immersion dans une famille vietnamienne, au coeur des rizières du centre du Vietnam.
Nous quittons Romain et Camille à Saigon le 4 mars et reprenons la route vers le Nord du pays. Nous sommes attendus chez la maman de Khanh, un ami vietnamien de la famille d'Alexis, le 9 mars. La famille de Khanh habite dans un tout petit village à 40 km à l’est de Vinh, ville qui se trouve à 31 heures de bus de Saigon. Oui oui, vous avez bien lu : 31 heures ! On décide de faire deux étapes en chemin : la première à Hoi An et la seconde à Hué.

Hoi An : cité féérique

En avant pour 22 heures de bus pour rejoindre Hoi An, notre première étape. À première vu ça fait un peu peur 22 heures de transport, mais au Vietnam les sleepers bus sont confortables, nous avons de vraies couchettes qu'il est possible de redresser en siège ou d'allonger complètement. Pour nous c'est parfait, mais pour les voyageurs de plus d'1m80 ça se complique sérieusement ! Nous arrivons à 6 heures du matin à Hoi An.

Nous avons de la chance notre chambre est libre, on peut faire un early Check-in. On termine notre nuit et hop on enfourche les vélos de la guesthouse pour aller découvrir la ville. Hoi An est une très jolie petite cité, qui fut un port marchant d'Asie du Sud-Est du XVe au XIXe siècle. La ville composée d'un très bel ensemble de bâtiments traditionnels en bois, aux toits de tuiles, est classée au patrimoine mondial. Des dizaines de lanternes sont suspendues aux façades et aux arbres. Le soir, illuminées, elles donnent un côté féérique à la ville. Chaque soir des petites marchandes vendent des fleurs de papier éclairées par des bougies. La tradition veut que l'on fasse un voeu en déposant la petite lanterne sur la rivière. On verra si celui-ci se réalise !
La beauté de ce lieu attire beaucoup de touristes et par conséquent beaucoup d'attrape-touristes. Les boutiques de souvenirs et les tailleurs ne manquent pas dans les ruelles, mais il y a tout de même quelques très jolies boutiques d'artisanat et de soieries.

Nous passons deux jours à Hoi An puis nous reprenons la route en direction de Hué.

Hué, cité impériale

De Hoi An nous prenons le bus avec la compagnie Sinh Tourist pour rejoindre Hué. Établie comme capitale du Viet Nam unifié en 1802, la ville de Huê a été non seulement le centre politique mais aussi le centre culturel et religieux sous la dynastie Nguyên, jusqu’en 1945. Nous louons une moto pour aller découvrir les monuments importants de la cité impériale. La ville compte 16 groupes de monuments dont la structure centrale est la zone de la Citadelle qui était le centre administratif du sud du Viet Nam aux XVIIe et XVIIIe siècles. La Citadelle n’avait pas qu’une simple fonction administrative et militaire, elle abritait également la Résidence impériale, le Hoang Thanh (la Cité impériale), le Tu Cam Thanh (La Cité pourpre interdite) et les palais royaux associés. Nous avons adoré la visite de la Citadelle, et malgré le prix un peu élevé ça vaut vraiment le détour.

Nous sommes à Hué le 8 mars, un jour particulier, car c’est la journée de la femme et l’anniversaire de Bénédicte. Alexis a réservé un hôtel chic pour l’occasion. Nous avons même un mini bar qui nous permet de mettre au frais la demi-bouteille de champagne Pierre Paillard ramenée de France pour l’occasion. Nous dinerons dans le plus bel établissement de la ville, un menu à 11 plats, un régal.
Il nous aurait fallu plus de temps pour visiter la ville mais le temps passe vite et nous devons être à Vinh le lendemain.

Immersion vietnamienne

Cette fois c'est 9 heures de trajet en bus local qui nous attend. Nous arrivons à Vinh vers 14h où nous rejoignons Hung, un ami de Khanh qui va nous prêter une moto pour notre séjour dans leur région. Hung est assistant-radiologue à l’hôpital des tuberculeux, c’est là que nous le rejoignons. Il nous fait visiter l’hôpital et la cantine solidaire, un projet soutenu par l'association Côtes-d'Armor Viêt Nam. Il nous présente également le prochain projet en cours : la création d’une maison d’accueil pour les familles des patients les plus pauvres. Découvrez plus en détail ce projet ICI.
Hung part chercher une moto qu’il va nous prêter tout le temps où nous sommes dans les alentours, ce qui est adorable de sa part. Nous n’avions pas trop prévu le coup, mais nous nous retrouvons avec nos quatre sacs à dos (les deux gros et les deux petits) pour une moto. Nous sommes l’attraction de la cantine solidaire, nous testons deux - trois options pour tout faire tenir sur la moto (nous et les sacs) et hop c’est parti sous le regard quelque peu inquiet d’Hung. Heureusement qu’on a anticipé la moto semi-automatique et qu’on en a loué une la veille à Hué pour qu’Alexis apprenne !

En route pour 50 km pour rejoindre le village de la Madame Ly. Durée de trajet estimée par google map : 1h15. Le début se passe bien, mais le trajet va quelque peu se compliquer : nous avons de simples casques « casquette » sans visière et nous traversons de nombreuses rizières littéralement bondées de moustiques. Alexis s’en prend plein les yeux, du coup nous sommes obligés de rouler à 30 km/h ! On regrette bien d’avoir radiné sur 5$ en Thaïlande pour acheter de grandes lunettes en plastique pour le scooter…
On cherche à acheter un casque avec visière sur le chemin, mais nous restons bredouilles. Le temps passe et la nuit tombe. Cette fois c’est le petit sac de Bénédicte qui est dans le panier à l’avant du scooter qui cache le feu avant. Un stop au bord de la route pour réorganiser le tout et c’est reparti. À chaque kilomètre Alexis me demande où nous en sommes, mais à 30 kilomètres/h les kilomètres ne défilent pas vite ! Il faut tout de même savoir que nous ne savons pas exactement où nous allons, Hung nous a indiqué un croisement sur un plan et à partir de cet endroit on doit montrer l’adresse de madame Ly pour avoir la suite des explications. On demande une première puis une deuxième fois, on nous indique la même direction. La troisième fois est la bonne, une dame enjambe sa mobylette et nous fait signe de la suivre, elle nous conduit gentiment jusqu’à la maison de Madame Ly. Heureusement qu’elle nous a emmené, nous n’aurions jamais trouvé cette maison au milieu de ce dédale de petits chemins au milieu des rizières. Nous arriverons finalement 2h plus tard chez Madame Ly, la maman de Khanh.

Notre arrivée ne passe pas inaperçue, tous les chiens du voisinage se mettent à aboyer. Heureusement au Vietnam ils sont souvent attachés à une grande chaîne ou enfermés derrière les portails des maisons. Mme Ly vient nous accueillir avec de grands sourires. Nous parlons 5 mots de Vietnamiens et madame Ly 5 mots de français, mais on réussi à se comprendre ! On file se doucher sous les conseils (directifs ! ) de madame Ly puis nous passons à table. Une voisine nous a rejoint pour le diner, elle nous propose de commencer par un petit verre d’alcool de banane et de riz mélangé. Pour ce genre de demande, madame Ly appelle Khanh qui se charge de faire la traduction. Un grand merci à Khanh pour sa patience !
Madame Ly a préparé un grand plat de nems tout chauds, des légumes et du riz, un vrai festin. On accompagne le tout avec quelques shots d’alcool de banane. Madame Ly et son ami sont adorables, on essaye de communiquer et on rigole beaucoup. Alexis essaie d'expliquer ses origines vietnamiennes, ce fut un grand moment ;) . Oui Oui Alexis a bien des origines vietnamiennes, son arrière grand-père était vietnamien. Mais je le laisserai vous raconter son histoire de famille. Hop à 20h30 tout le monde au lit. Et nous sommes bien contents après cette journée éprouvante.

La vie au rythme de Madame Ly

Le lendemain nous nous levons à 7h30 pour le petit déjeuner. Madame Ly est debout depuis 6h, on pense qu’habituellement elle doit petit-déjeuner bien plus tôt ! Au menu : du riz, des légumes, des nems et du poisson (type petit petit poisson grillé). Nous goutons à tout par politesse, mais le poisson le matin ce n'est pas si facile et nous avons une grande préférence pour les nems.
Ici on ne traine pas, hop on remballe le petit-déjeuner et nous voilà partis, sous une fine pluie, au marché. Madame Ly sait dire en français « Laver, manger, dormir, bon appétit, aller au marché », ce qui est très pratique !
Nous passons au poste de police où madame Ly doit déclarer notre présence et fournir une copie de nos passeports et Visa. Nous sommes l’attraction du marché. Tout le monde vient nous parler en vietnamien et malheureusement nous ne comprenons absolument rien ! En tout cas les femmes rigolent, viennent nous toucher et comparer leur taille à la nôtre. Nous achetons quelques galettes de riz, des fruits et de la viande chez le boucher local. Vous savez celui qui n’a pas de glace ni de frigo ! Heureusement nous achetons un joli morceau de boeuf que la bouchère prépare en petites tranches toutes fines. De retour vers 10h, madame Ly se remet au fourneau et hop à 11h nous sommes de nouveau a table avec au menu : boeuf au gingembre et pousses de soja, riz, légumes et salade cuite. Nous accompagnons de nouveau le repas d’un petit verre d’alcool de banane.

Alexis a attrapé un bon gros rhume avec la clim du bus, le froid et l'humidité ambiante. J'ai oublié de vous dire, ici nous avons sorti pour la première fois notre attirail contre le froid : polaire et coupe-vent. Les maisons ne sont pas chauffées alors on enfile sa doudoune le matin et on ne la quitte plus jusqu'au soir. Alexis file se reposer pendant que j’écris ces quelques lignes. Il est midi et je pense que la journée nous réserve bien d’autres surprises.

J’ai à peine le temps d’écrire ces lignes que madame Ly vient me déloger de mon ordinateur pour me montrer le feu qu’elle vient d’allumer dans le fourneau de la cuisine. Dessus une grande théière en fonte est en train de chauffer. On appelle Khanh qui m’explique que tous les voisins vont venir prendre le thé. Ni une ni deux on sort tout un tas de petites chaises en plastique, que l'on dispose autour d’une petite table basse. On prépare deux immenses thermos de thé et des assiettes de bonbons et de galettes de riz aux cacahuètes. Vers 15h30 les premiers invités arrivent et ce seront les premiers d’une longue série ! Tous les voisins vont venir nous saluer. Ca commence avec un groupe de femmes puis vers 17h arrivent les hommes et là on ressort l’alcool de banane et de riz. Heureusement que ce mélange est moins fort que l’alcool de riz pur car nous en avons dégusté un bon petit nombre. Un des voisins parle quelques mots d’anglais, notre sauveur ! Grâce à ce voisin « traducteur » nous pouvons discuter un peu plus avec tous les convives. Les deux sujets phares restant : l’histoire des origines vietnamiennes d’Alexis et le Champagne de la famille de Bénédicte car nous avons offert une bouteille de champagne Pierre Paillard à madame Ly.

À 18h précise, tous les voisins rentrent chez eux, c’est l’heure du diner. Depuis 14h il y a une panne d’électricité, nous sommes tous plongés dans le noir, on sort les lampes frontales pour éclairer madame Ly qui prépare un feu pour cuisiner. Elle avait prévu de faire cuire la viande dans une sorte de four électrique mais n’ayant pas de courant on va finalement faire un barbecue. Nous sommes ravies, on adore le goût de la viande braisée. On chauffe des petites baguettes de pains et hop on se fait des Banh Mi (sandwich vietnamien) en ajoutant quelques feuilles de verdure et de la sauce Chili. À 19h30 , on se dit bonne nuit, madame Ly va regarder son feuilleton du soir, Alexis va travailler et Bénédicte dormir.

Journée Volley-Ball

A 7h le lendemain, madame Ly vient faire un peu de raffut devant notre porte. Bénédicte déjà réveillée, pointe le bout de son nez. Ni une ni deux , madame Ly l’attrape par le bras en disant en français « aller au marché ».
J’enfile rapidement une paire de chaussettes et un manteau (il pleut et il fait froid), et nous voilà partis au marché, à pied, au milieu des rizières. On croise de nombreuses femmes, toutes en vélos, protégés de la pluie grâce à leur chapeau traditionnel vietnamien et de grands ponchos de pluie. Tout le monde vient me parler mais bien évidemment je ne comprends rien ! Je me contente de sourire, de dire bonjour, au revoir et à bientôt en vietnamien. Ça fait tout de même son effet.
On achète des nouilles de riz, des galettes de riz, des mangues, des pousses de soja et nous voilà repartis à la maison pour manger le petit déjeuner. Au menu : légumes, viande de boeuf, tofu et nouilles de riz.
Madame Ly nous propose d’ "aller se promener" en français. Alexis pensait pouvoir se reposer un peu mais madame Ly n’est pas du même avis, elle lui fait vite comprendre qu’il vient aussi ! Nous rejoignons les voisins rencontrés la veille autour d’une tasse de thé. Mais après 15 minutes, c’est la même chose chez tout le monde, on nous sort l’alcool de riz. On prend des photos et des vidéos, tout le monde se prend au jeu. Les enfants sont quant à eux plutôt apeurés par notre présence. On tente d’apprendre quelques mots de vietnamiens et de communiquer, ça marche plus ou moins. À 11h, tout le monde se lèvre, c’est l’heure du déjeuner.
Après un déjeuner copieux, nous partons jouer au volley, un sport que les Vietnamiens adorent et qui est beaucoup pratiqué dans les campagnes. Le temps est incertain, le début du match aussi.

Finalement après hésitation, le jeu se met en place et c’est parti pour 4h de jeu sans interruption. Bien évidemment les vietnamiens tournent mais ne nous accordent pas de pause, ils veulent tous jouer avec nous et nous avoir dans leurs équipes. On va dire que notre taille est un avantage dans le jeu et que la hauteur du filet ne devait pas être règlementaire !

Nous rentrons pour le diner, puis quelques dames viennent nous chercher pour retourner jouer au volley. Après hésitation, nous y allons et c’est reparti pour deux heures de jeux. Le village est plongé dans le noir mais le terrain est éclairé. C’est vraiment un point de rencontre pour tous habitants, peu importe leur âge. Les hommes, les femmes, les enfants, tout le monde joue ensemble sans préoccupation de niveau, d’âge ou de sexe. C’est génial et on peut vous assurer qu’à 70 ans ils sont plus en forme que nous.
Cette dernière soirée à jouer au volley et à rire restera un superbe souvenir de notre voyage. Les gens du village sont ci joyeux et accueillants avec nous. Le lendemain madame Ly part vers Hanoi pour s’occuper de ses petits enfants et de notre côté nous retournons à Vinh. Hung se libère quelques heures de son travail pour nous faire découvrir la ville. Il nous fera visiter deux temples dont un où se déroule une grande fête.

Le lendemain nous reprenons la route en direction de Ninh Binh surnommé la Baie d’Ha Long terrestre.

La baie d’Ha Long terrestre

C'est à Ninh Binh, alias la baie d'Ha Long terrestre, que nous rencontrons enfin Khanh. Khanh a passé plusieurs année en France, son français est impeccable. Aujourd'hui il habite à Hanoi et est guide pour les touristes français qui visitent le Vietnam. Le hasard fait bien les choses, il a prévu de faire visiter la Baie d'Ha Long terrestre à un couple de français le jour où nous y sommes. Nous ferons un grande ballade en barque de trois heures tous ensemble au coeur des paysages magnifiques. Vous pouvez découvrir ici le site de Khanh, n'hésitez pas à le contacter de notre part !

A très vite pour la suite de notre périple au Vietnam.

Bénédicte & Alexis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *