Deux semaines à Quito

Portrait enfant fidjien
La galerie d’Alexis #16 : La suite de Nacereyaga village, ou le paradis caché
5 juillet 2016
Café à Lima, Pérou
La galerie d’Alexis #17 : Pérou, de Lima a Huaraz
15 juillet 2016

De Huaraz à Trujillo

- Samedi 18 juin -
Nous quittons Huaraz en direction de Trujillo, petite ville sur la côte péruvienne. Nous passons deux jours à Trujillo. Le temps de visiter le centre de cette petite ville au style très colonial, et le site archéologique de Chanchan.

De Trujillo à Quito, capitale de l’Équateur

20 juin 2016 -
Nous filons ensuite en direction de Quito. Les festivités d’Inti Raymi se déroulent la semaine du 24 juin à Otavalo et Cotacachi (petites villes au nord de Quito) et on ne veut pas louper ça. Oui, mais, 1300 kilomètres séparent Trujillo de Quito et ici on ne roule pas à 130 km/h, mais plutôt à 50 km/h. Sur les conseils d’autres voyageurs, on prend un bus qui permet de traverser la frontière et de rejoindre directement Guayaquil. On embarque donc à 23 h 30, dans un bus de la compagnie Cruz Del Sur. Arrivée prévue à Guayaquil le lendemain vers 16 heures. Le trajet se passe bien, on a réussi à dormir du coup on enchaîne directement sur un deuxième bus de nuit pour rejoindre Quito. On attend quelques heures dans l’impressionnant terminal de bus de la ville de Guayaquil. On rencontre deux Français qui voyagent à vélo depuis deux ans. Nous prenons le même bus, le trajet se passe bien pour nous, mais eux se feront voler ordinateurs, argent et lunette de soleil pendant leur sommeil. Heureusement qu’Alexis a accroché nos deux sacs à son siège avec un antivol et les a gardé précieusement entre ses pieds sinon nos sacs y seraient passés aussi. À Quito, nous sommes accueillis par Arnaud et Paola, un couple d’amis d’Alexis. Au petit matin on découvre leur superbe appartement au huitième étage d’un immeuble récent. On a une vue incroyable sur toute la ville.

Nous sommes ravis d’avoir "une maison" et d’ailleurs deux semaines plus tard nous y sommes encore ! On alterne farniente, visite de la ville de Quito et travail. On a profité de cette étape à Quito pour commencer à mettre en forme nos projets, mais ça je vous en parlerai dans le prochain article, encore un peu de patience. Le centre historique de Quito est très joli, avec des dizaines d’églises magnifiques que l’on découvre au fur et à mesure des pentes et des descentes.

La ville de Quito est à 2800 mètres d’altitude et elle compte 1,6 million d’habitants. Située au cœur d’une vallée, la ville s’étend sur 50 kilomètres de long. Pour circuler, les habitants utilisent beaucoup la voiture (et une majorité de 4x4). Sinon il existe trois lignes de Bus à Haut Niveau de Service qui permettent de relier le Nord au Sud plus un réseau de bus classique. La ville est entourée par deux volcans : le Pichincha et le Cotopaxi. On peut apercevoir le sommet enneigé de ce dernier si le ciel est dégagé.

Inty Raymi à Otavalo et Cotacachi

Samedi 25 juin
Aujourd'hui on part, avec Arnaud et Paola, à Otavalo et Cotacahi pour voir les festivités de San Pablo, San Pedro. On commence par découvrir le marché artisanal d'Otavalo qui se tient chaque jour. Bénédicte craque sur un des nombreux ponchos en laine d'Alpaga même si elle ne sait pas comment il va tenir dans son sac à dos.

Un habitant nous explique qu'aujourd'hui c'est jour de fête et qu'ils vont de maisons en maisons pour chanter et danser. Si on voit n groupe dans une maison, on peut se joindre à eux sans soucis.

Sur la place de la ville, on assiste à un défilé de miss locales. Leurs tenues sont sacrément originales, et elles ont bien du mal à déplacer tout cet attirail, perchées sur leurs 20 centimètres de talons. Mais le spectacle vaut le coup et Alexis se prend au jeu des photos, encouragé par la police municipale !

On prend ensuite la direction de Cotacachi, petite ville située à 20 kilomètres d'Otavalo. On commence par manger un hornado, plat typique équatorien, au marché. L'hornado est un plat composé de viande de porc, cuite au feu de bois, accompagnée de sauces et légumes cuits, comme de maïs, des crêpes de pommes de terre, des frites de patate douce, de l'avocat, des oignons et des tomates. Pour accompagner le tout, on prend, comme le font les Équatoriens à chaque repas, un grand verre de jus de fruit frais.
Cotacachi est la ville du cuir, c'est 'endroit idéal pour acheter chaussures, sacs à main ou vestes en cuir. C'est jour de fête dans toute la ville : les hommes de tous les villages des alentours sont descendus des montagnes pour aller danser. Ils se mesurent, par communauté indienne, dans des démonstrations de virilité. Costumés, ils entament dans les rues de la ville et sur la place, des marches rappelant des danses guerrières. Les groupes d'hommes sont encadrés par de nombreux policiers anti-émeutes qui portent protections et boucliers. Les rivalités entre clans donnent lieu à de sanglants affrontements chaque année. Et en effet, l'ambiance est assez spéciale. La fête a commencé depuis un bon moment et de nombreux hommes sont complètement ivres. On se place à proximité de la police, parmi toutes les familles qui observent comme nous cet incroyable défilé.

Trek, Ruta de Pichincha à Quito

- Mardi 28 juin 2016 -
Aujourd’hui, nous partons gravir le volcan Pichincha, situé juste à côté de Quito. On se rend d’abord au téléphérique de la ville (8$AR pour les touristes) qui permet de monter à 4050 mètres d’altitude. De là nous entamons une marche de quatre heures pour rejoindre le sommet du Pichincha, situé à 4800 mètres.

La première partie de la randonnée est assez facile, surtout si on est déjà acclimaté à l'altitude. La deuxième partie ressemble plus à de l'escalade, mais les efforts en valent la peine, la vue en haut est incroyable.

La descente sera quant'à elle beaucoup plus rapide. En marchant au pas de course, nous mettons une heure pour rejoindre le téléphérique. Pour ceux qui veulent se lancer dans cette randonnée : emporter des vêtements chauds, en haut il fait froid. Prenez des gants, ça vous aidera pour la partie "escalade" et surtout faites la randonnée un jour de beau temps.

Week-end à Ipialès, en Colombie

Après avoir passé la semaine à travailler sur nos projets, on part passer le week-end en Colombie. On ramène la sœur de Paola qui est à Quito depuis quelques jours, chez elle, à Ipialès. Après 5 heures de route, nous arrivons à Ipialès, la première ville après la frontière colombienne. C'est là que de nombreux Équatoriens viennent faire leurs courses depuis que le Président Equatorien a instauré une taxe sur tous les produits importés. Et en effet, à Quito on retrouve les mêmes prix qu'en Europe au supermarché. Paola et Arnaud ne dérogent pas à la règle, et profitent de ce week-end à Ipialès pour faire le plein de tous les produits qui sont taxés en Équateur. Le dimanche matin, avec la sœur de Paola et ses enfants, on se rend à l'incroyable Sanctuaire de Las Lajas implantée au fond d'une vallée.

Après une après-midi shopping et une dernière glace, on reprend la route de Quito

Nous devions quitter Quito cette semaine mais nous sommes tellement bien chez Arnaud et Paola qu'on a du mal à décoller. Et puis la France à gagné la demi-finale de l'Euro du coup on reste jusque dimanche pour regarder la finale avec les copains !

Besos from Quito
Alexis & Bénédicte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *